slideshow
Esclaves

Détails

Oeuvre: Esclaves
Auteur : KANGNI ALEM
Genre: Roman
Edition: JC Lattès, Paris, 2009

1818, Royaume du Danhomé. Un jeune maître des rituels sert avec dévotion son roi et les dieux. Mais son art est impuissant face à la cupidité des hommes. Il ne peut rien contre le maudit esclavagiste portugais Francisco de Souza qui, en dépit des traités d’abolition, se livre à l’honteux commerce. Il n’est pas le seul : sur la triste côte, du territoire des Fanti à celui des Yoruba de Badagri, 14 forts hollandais, 7 forts anglais pratiquent le commerce des esclaves et celui de l’or, de l’ivoire et de la cire. Un homme, le roi du Danhomé, ose seul s’élever contre la vente de son peuple et la transformation de ses sujets en esclaves ou en gredins capables de razzier hommes et femmes contre des colifichets et une sécurité précaire. Il n’est guère écouté et lorsque son combat menace le commerce, il est empoisonné et destitué. Le maître des rituels qui a participé au complot bien malgré lui, est vendu, séparé de sa famille et déporté au Brésil. A Recife, il est acheté par le Senor Do Nascimento et baptisé Miguel. Il connaît alors la vie d’un esclave ordinaire, travaillant dans les champs de cane. Mais il rencontre un vieil homme, Sule, esclave demi-affranchi, lettré musulman, qui l’aide à supporter son sort et le prépare à la lutte. Deux ans plus tard, il est vendu au seigneur Pereira à Bahia comme esclave d’habitation. Il se lie d’amitié avec Felix Santana, un mulâtre libre, au destin peu commun, chef de la grande révolte des Malês, l’un des plus importants soulèvements d’esclaves qui secoue Bahia en 1835. Miguel est arrêté comme 700 de ses compagnons d’armes et déporté en Afrique. Le 14 avril 1836, il retrouve la terre de ses pères.
A partir de faits réels et au travers de personnages fascinants, Kangni Alem nous conte avec passion cette histoire bouleversante.

 

Vendredi 18 Juillet 2014 à 16:51
connectez-vous !

0 Commentaire

    L'incarcéré

    Face à une Afrique à construire, où le rôle sensibilisateur et promoteur de l'écrivain est capital, Sénam ne transige pas avec sa prise de position sociopolitique. Et c'est en vain que son compatriote et ami, Adri, tente, tout au long de leur séjour estudiantin à Paris et de leur vie professionnelle à leur retour à leur bercail, de l'influencer af…

    Lire la suite...

    Les ronces de l'amour

    Jonas, riche homme d’affaires, vient de se réveiller d’un coma de plus de 48 heures. Le jour même de son admission à l’hôpital, Mira son épouse avec qui il était séparé depuis un moment s’envolait pour l’Asie. Fort des soupçons de sa sœur Jeannine qui sema en lui le doute, Jonas requit les services d’un détective privé dont les investigations r…

    Lire la suite...

    La Polka

    Elle n'a d'abord été qu'une légende énigmatique tracée au dos d'une carte postale représentant une adolescente au buste nubile, tête inclinée vers l'arrière, les cheveux tressés en fines antennes, et le sourire comme jeté vers le haut des arbres. Une icône touristique ordinaire sortie du grand sac sombre de l'Hornme-Papier, marchand d'images à l'é…

    Lire la suite...

    Chroniques de la caserne

    Le nom du recueil de nouvelle indique déjà l’univers de l’ouvrage: la caserne militaire. Pour une deuxième fois, Gerry Taama nous entraîne dans l’univers de l’armée ou il nous fait vivre les joies et les peines de Gray Tamera (anagramme de son nom), militaire de fonction. A travers un langage révélant la profession de l’écrivain et du personnage p…

    Lire la suite...

    Dans les mêlées II, où va la littérature Togolaise

    Cet essai approche, de façon très originale, le champ littéraire togolais que l’auteur analyse jusque dans ses menus détails avec un style direct qui a pour heureuse finalité de susciter débats et réflexions ! Débat autour des interrogations essentielles sur  la littérature togolaise. Débat aussi autour des problématiques sur la réception des œuvr…

    Lire la suite...

    Lettre ouverte à l’Afrique cinquantenaire

    Mère-Afrique, en route vers la démocratie, depuis les années 90, semble être perdue. Elle erre en dehors du chemin et en est toujours à choisir – sans savoir comment – entre le droit à l’alternance et le devoir de nationalisme. Comme si, sous les tropiques, les deux sont inconciliables. Vingt bonnes années après la vague des euphories démocratique…

    Lire la suite...

Mon Espace membre